Nintendology : Les consoles portables, une autre façon de jouer ?

Je dois avouer que parmi mes consoles préférées, je n’aurai aucun soucis à citer la Nintendo 3DS en très bonne position. Je serai même tenté de la mettre sur mon podium personnel, aux côtés de la Switch. Deux consoles « portables » en l’occurrence (même si la Switch peut faire portable et salon, en fonction de nos préférences/envies). Ce qui m’a amené à m’interroger sur mon affection pour ce genre de consoles et les jeux qui vont avec, et au fil du temps, j’ai un peu réfléchi à la question, tout en voyant un peu ce qui se disait sur le sujet. J’ai donc eu envie d’en parler au travers d’un article, qui entre par ailleurs dans la catégorie « Nintendology » puisqu’ils sont quand même les maîtres dans le genre !

3DS

Les jeux sur consoles portables, des sous jeux ?

Si je pose cette question, c’est parce que c’est une remarque que j’ai très souvent entendu, parfois dit du bout des lèvres du genre « je vais pas dire que les jeux sur consoles portables c’est des sous jeux, mais quand même… », parfois asséné tel un cri du cœur. Je pense que la raison principale à cela vient de l’écart de puissance que l’on constate depuis toujours entre les consoles portables et de salon, même si récemment, des consoles comme la PS Vita mais surtout la Nintendo Switch ont un peu remis ceci en question.

En effet, même si ces deux consoles ont une puissance de frappe inférieure aux PS4 et Xbox One, l’écart se réduit par rapport aux précédentes générations de consoles. Ou tout du moins, la PS Vita et la Switch peuvent proposer des expériences visuelles très impressionnantes également qui ne dénoteraient pas sur télé. À plus forte raison que la Switch propose une expérience de salon et portable à la fois, avec parfois des écarts de qualité visuelle entre les deux, la balance pouvant pencher pour le côté salon (Xenoblade Chronicles 2 perd beaucoup en terme de visuel en mode portable), ou pour le côté portable (c’est peut-être lié à ma télé, mais Breath of the Wild m’a bien plus explosé la rétine en mode portable).

Toujours est-il qu’on ne peut nier qu’il y a des expériences qui se prêtent plus ou moins bien au jeu sur un petit écran de console portable. Ainsi, même si j’ai pris plaisir à faire Resident Evil Revelations sur 3DS, je pense que le genre du TPS est plus adapté à un grand écran qui donne une meilleur lisibilité à l’action. De même, j’ai testé Uncharted sur PS Vita, et compte tenu des ambitions cinématographiques de la saga, la perte en qualité est vraiment énorme. En effet, je pense que les jeux dits « cinématographiques » gagnent à être joués sur un grand écran, permettant à la fois de profiter du spectacle visuel et de jouer dans de meilleures conditions (c’est quand même plus pratique de flinguer à tout va dans les FPS et TPS qui sont des genres rois depuis plus de 10 ans quand l’écran est très grand).

Mais s’il y a des jeux qui gagnent à être joués sur grand écran, il semblerait que l’inverse soit vrai, ou qu’au minimum, certains jeux ne souffrent pas de déperdition en passant sur petit écran de console portable. Et sur ce point, cela dépend des genres investis, de la représentation visuelle des jeux ou des mécaniques en elles-mêmes. On peut d’ailleurs constater qu’il y a un fort attrait pour le jeu nomade avec le succès, parfois insolent, que rencontrent certains jeux indépendants sur Switch. Comme si le fait de pouvoir les jouer sur le petit écran était un réel plus pour les joueurs et joueuses, et je pense en effet que c’est le cas (ou en tout cas, pouvoir choisir comme on l’entend sa posture de jeu est un vrai avantage que propose la Switch). Si dans le cas des jeux indépendants, cela peut s’expliquer par la représentation visuelle souvent plus « rudimentaire » (le pixel art rencontrant un très grand succès dans la sphère indépendante), j’ai surtout constaté au fil des ans que Nintendo avait tout de suite compris qu’il valait mieux penser le côté nomade de ses jeux pour proposer des expériences un peu différentes du jeu sur salon.

Nintendo et la façon de faire du jeu portable

Et finalement, je vais me contredire dès le début du paragraphe. Car si Nintendo pense en terme d’usages pour ses jeux, je pense qu’il y a aussi une tendance naturelle chez le constructeur à privilégier les mécaniques de jeu à la forme globale, et également une volonté de ne pas aller vers le réalisme à tout prix. Ceci permet de faire des jeux qui d’emblée sont plus à même de s’exprimer sur des petits écrans de portable.

Nintendo

En effet, depuis la DS et la Wii, Nintendo a clairement mis de côté la course à la technologie pour privilégier ce qu’ils savent faire le mieux : créer des approches originales de la façon de jouer. Cela se traduit par des accessoires ou des façons différentes de jouer (le stylet et l’écran tactile de la DS, mais aussi la wiimote), mais également par une attention constante aux mécanismes de jeux, qui se traduit par un travail de gameplay et de level design toujours très poussé dans les séries majeures de la firme.

Ainsi, cette tendance naturelle à aller vers des styles cartoonesques, et des visuels qui ne sont pas clinquants (mais qui n’en restent pas moins magnifiques, en témoignent les esthétiques très travaillées des Mario et Zelda) sont finalement parfaitement adaptées au jeu sur support nomade. De plus, Nintendo tire partie de son expérience sur ce type de support pour proposer des expériences pensées pour celui-ci. Plusieurs exemples sont très intéressants sur ce point, en particulier avec les sagas Pokémon et The Legend of Zelda.

Concernant Pokémon, les épisodes canoniques de la série sont toujours sortis sur consoles portables, car ils n’ont pas besoin d’une grande puissance pour afficher leurs environnements sommes toutes relativement sommaires techniquement (ce qui n’empêche pas une direction artistique de haute volée à chaque nouvelle génération). Et au contraire, la série de Game Freaks a dès le départ eu une parfaite utilisation du support portable, notamment par le biais des échanges qui sont bien plus simples si l’on peut se déplacer avec sa console et sa cartouche pour rencontrer des gens.

Dans le cas de The Legend of Zelda, la situation est également très intéressante. Car si la saga a pris le train de la 3D il y a fort longtemps, révolutionnant la façon de penser cette série et d’y jouer, on constate que jusqu’à la Switch, la team d’Eiji Aonuma restait sur des épisodes « à l’ancienne » pour les consoles portables (les exceptions étant les remakes d’Ocarina of Time et Majora’s Mask sur 3DS, qui sont d’anciens épisodes). De plus, même sur Switch, le seul épisode sorti à ce jour en plus de Breath of the Wild est encore un Zelda à l’ancienne puisqu’il s’agit du remake de Link’s Awakening.

Mon interprétation de ceci est que Nintendo a bien conscience qu’il y a une distinction entre le jeu sur console portable et console de salon, et qu’ils adaptent leurs séries pour tirer au mieux partie du potentiel de chaque console. On peut d’ailleurs citer d’autres exemples, comme Super Mario 3D Land qui est exclusivement solo sur 3DS, quand Super Mario 3D World est très orienté multi-joueurs sur Wii U. Ou encore Pikmin qui simplifie considérablement la formule d’origine pour son passage sur 3DS avec Hey Pikmin !

L’idée ici est qu’il y a des genres et des mécaniques de jeux plus adaptées aux consoles portables, chose que je vais mettre en avant sous forme de transition en évoquant un genre spécifique, le RPG !

Le RPG, un genre parfaitement adapté aux consoles portables

En effet, j’ai vraiment le sentiment que le RPG est un genre qui sied particulièrement aux consoles portables, et ce n’est pas pour rien que le JRPG, malgré sa perte de vitesse depuis la génération PS3/Xbox360 continue de nous proposer à un rythme régulier des nouveaux jeux sur consoles portables. Ainsi, on a eu droit à des remakes de Final Fantasy III et IV sur DS, l’essor (et malheureusement le déclin) de la saga Mario & Luigi, les indéboulonnables Pokémon et de nombreux autres jeux et séries plus confidentiels. Dragon Quest est une des sagas les plus remarquables sur ce point, puisque les épisodes III à VIII ont connus des remakes sur DS et 3DS, l’épisode IX est carrément une exclusivité DS, et le XI a une version 3DS ainsi qu’une version Switch qui est la plus riche en contenu. Et ceci sans parler des spin-offs de la série (tout comme Final Fantasy qui a eu droit à un certain nombre de spin-offs portables, bien que les épisodes canoniques sortent sur consoles de salon). De même, Square Enix a produit avec succès des RPG sur 3DS avec les Bravely Default, et sur Switch avec Octopath Traveler, qui compensent toujours une technique moins impressionnante par une esthétique très affirmée.

Ainsi, si les Action RPG ou les RPG à gros budget plus cinématographiques (type Final Fantasy ou Kingdom Hearts) ont tendance à privilégier les consoles de salon pour offrir les expériences visuelles les plus impressionnantes possibles, les portables sont au contraire un terrain de choix pour des RPG plus modestes visuellement, mettant davantage l’emphase sur les mécaniques de jeu et un travail d’écriture plus littéraire.

Car c’est finalement la remarque que je me suis fait quand je me questionnais sur ma passion pour les consoles portables. Celles-ci nous mettent dans une posture proche de celle adoptée lorsque l’on lit un livre, assis (ou allongé, peu importe) avec une très faible distance entre notre regard et le livre/la console. Au contraire du jeu sur console de salon dont la posture se rapproche beaucoup de celle adoptée lorsque l’on regarde un film/une série, au point où l’on en vient même à utiliser le même support (l’écran de télé, mais également la console qui devient un média center pouvant lire les blu ray et disposant de toutes les applications de VOD tels que Netflix). Et finalement, je pense que c’est dans cette posture que réside la spécificité la plus importante des consoles portables pour moi, créant un rapport que je qualifierai de plus « intime » au jeu.

Jouer sur console portable, une expérience « intime »

En effet, la posture que l’on adopte lorsque l’on joue sur console portable crée une proximité physique avec le jeu qui contribue à rendre l’expérience plus intime. Alors qu’avec une console de salon, l’espace dans lequel on se trouve est ouvert aux sollicitations extérieures, lorsque je joue sur console portable (et avec des écouteurs sur les oreilles de préférence), je me retrouve à l’intérieur d’une bulle qui renforce mon immersion, quand bien même les expériences proposées sont techniquement moins abouties.

OOT
Link aussi se retrouve à l’intérieur d’une bulle sur 3DS.

De nombreux exemples me viennent ainsi en tête de jeu qui, avec des représentations visuelles plus sommaires et un sound design moins complexe, ont pourtant réussi à m’impacter durablement et à me faire rentrer dans leur univers plus efficacement encore que les jeux sur consoles de salon. Une de mes références dans le domaine étant The Legend of Zelda, a Link Between Worlds. Je refais ce jeu régulièrement car au-delà de ses qualités en terme de mécaniques de jeu et autre, il arrive parfaitement à me faire entrer dans son monde. J’ai été marqué dès ma première balade en Hyrule par la façon dont je me suis tout de suite senti investi physiquement et émotionnellement dans l’aventure, bien aidé par une musique absolument magnifique (je pense au morceau Hyrule at Peace).

ALBW
Définitivement mon jeu 3DS préféré.

Ainsi, c’est sur ce point que le jeu sur console portable se démarque le plus du jeu sur console de salon. Car si la technique est en général moins aboutie, que certaines mécaniques de jeu sont plus ou moins adaptées au support, c’est surtout la posture de joueur/joueuse que le jeu sur portable nous fait adopter qui est remarquable pour moi, et qui contribue à en faire une expérience différente. « Différente » ne veut pas dire « meilleure » ou « moins bonne », et personnellement, j’aime avoir le choix entre les deux types d’expérience (et justement, c’est ce que propose la Switch), mais je dois avouer que j’aime l’intimité que procure le jeu sur console portable, et je pense que c’est pour cette raison en particulier que dans mon parcours de gamer, de nombreux jeux portables restent pour moi des expériences plus marquantes que la plupart des jeux sur console de salon auxquels j’ai pu m’essayer.


Cet article étant terminé, n’hésitez pas à me donner votre avis sur la question. Préférez-vous jouer sur console portable ou de salon ? Si vous avez une Switch, dans quelle configuration préférez-vous jouer ? Considérez-vous les jeux sur console portable comme des jeux moins « importants » ? Bref, toutes vos remarques et vos avis en lien avec le sujet m’intéressent !

5 commentaires

  1. Ah une époque je jouais beaucoup en mode portable, puis j’ai peu à peu arrêté, avec les écrans tv de plus en plus grand ( vive la 4K 😍).
    Mais je dois dire, que jouer ou je veux quand je veux avec ma Switch, ça reste un confort que les autres machines n’ont pas 😁

    Aimé par 1 personne

  2. Personnellement j’ai surtout hard farmé les jeux sur pc ce qui n’a rien avoir je te l’accorde. Faut dire que j’ai peu eu accès aux consoles, c’est surtout mon frère qui jouait avec. Mais j’ai toujours eu des games boys (j’ai encore la color !) et j’ai surtout joué à pokemon dessus. Le seul autre jeu sur console portable que j’aimais bien c’était les urbs, un équivalent des sims et ça a été la tristesse quand j’ai perdu la cartouche 😭 J’ai jamais réussi à vraiment me mettre à celles de salon hormis chez des amis en soirée parce que mario kart quoi.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.