Mon avis sur… Gigant T.1 de Hiroya Oku (Lecture commune)

Gigant


Cet article est une lecture commune avec Xander, n’hésitez donc pas à aller voir également son article afin d’avoir nos deux sons de cloche, d’autant plus que lui, connait très bien l’auteur !


J’en avais parlé dans mes attentes de cette deuxième moitié de l’année, Gigant m’intriguait beaucoup de par son pitch particulier et son auteur, Hiroya Oku. Non pas que je sois fan du mangaka, bien au contraire, je n’ai jamais rien lu venant de lui. Mais il a à son actif deux séries à la grosse réputation, Gantz et Last Hero Inuyashiki. Et justement, dans ce genre de cas, quand un auteur important que je ne connais pas lance une nouvelle série, j’ai envie de le découvrir avec la nouvelle. C’est donc le cas ici, et nous allons tout de suite voir de quoi il en retourne. Gigant est donc un seinen, avec trois tomes déjà parus au Japon alors que ce premier nous arrive fraichement de chez Ki-oon, qui a encore bien travaillé sa copie avec une jaquette à l’effet métallisé qui fait ressortir les cheveux et les yeux de l’héroïne. Mais ce qui compte, c’est ce qu’il y a à l’intérieur, voyons donc comment les choses nous sont présentées :

Pour Rei, le cinéma est tout ce qui compte dans la vie. Le lycée n’est qu’un prétexte pour monter des projets et parler films avec ses camarades. Il ne l’avouera jamais à ses amis, mais son artiste préférée, Papico, ne joue pas dans des œuvres classiques. C’est une star… du porno ! Il possède toutes ses vidéos, qu’il regarde en cachette. Sa passion prend un tour singulier le jour où des affiches anonymes et injurieuses dévoilent que Papico habite dans le quartier du lycéen !

En bon fan, l’adolescent se précipite pour les arracher au beau milieu de la nuit… quand il se retrouve nez à nez avec son idole ! Pour lui, c’est un rêve qui se réalise, ainsi que le début d’une improbable amitié. Rei est loin d’imaginer que l’actrice s’apprête à l’embarquer dans une aventure digne d’un film de SF déjanté, avec super-pouvoirs et extraterrestres à la clé !

En réalité, le résumé en dit presque un peu trop mais ce n’est pas grave, je n’aborderai pas tout cela. Première chose qui m’a frappé, les références cinématographiques nombreuses, et relativement pointues parfois, même si on reste dans le mainstream. Les personnages parlent dès les premières pages de Neil Blomkamp et son studio, d’Edgar Wright et sa dernière pépite en date Baby Driver, et Rei a chez lui des affiches de Die Hard 3 ou encore Blade Runner. Que de la culture cinématographique assez mainstream, mais surtout assez culte chez les geeks. Cela permet de poser rapidement et efficacement le personnage, et on n’est ainsi pas étonnés d’apprendre qu’il veut devenir réalisateur, son objectif à court terme étant de faire un court métrage qu’il pourra présenter en festival.

Par ailleurs, le jeune homme est fan d’une actrice porno connue sous le nom de Papico, qui aurait été aperçue dans le quartier. Une rencontre fortuite avec elle sera l’occasion pour les deux de se rapprocher, d’autant plus qu’un événement étrange va sceller leur destinée. En effet, un homme (en slip… oui…) va donner un disque à Papico et lui greffer une sorte de bracelet au poignet avant de mourir. Tout cela dans un but que l’on ignore, mais avec pour effet de permettre à la jeune femme de grandir à volonté (d’où le titre du manga !). Pour ce qui est du contenu du disque, je vous laisse le plaisir de la découverte. Tout cela lançant une aventure originale dont on serait bien en peine de vous dire où elle nous mènera.

Car un des éléments remarquables dans ce premier tome est l’originalité globale du titre. On nous renvoie vers le cinéma de SF, mais aussi vers l’industrie du porno (le manga est d’ailleurs à réserver aux adultes, avec une nudité féminine non dissimulée), mais surtout, il règne une ambiance un peu étrange, un peu décalée, mais totalement maitrisée. Les décors sont fait à base de photos numérisées et retouchées et nous ancrent dans une forme de réalité, qui est cependant rendue étrange par les événements qui semblent se profiler. Cependant, ce travail visuel sur les décors et sur la ville nous transportent totalement aux côtés des personnages, qui évoluent beaucoup de nuit dans ce premier volume, créant une atmosphère apaisante je trouve.

Car au-delà de l’ambiance du titre, une de ses grandes forces est clairement le personnage de Papico. Cette jeune femme a quelque chose d’attrayant (pas au niveau de son physique, avec sa poitrine démesurément grande), elle dégage quelque chose de très chaleureux et c’est surement une des raisons pour lesquelles Rei et elle deviennent si vite amis. De plus, le cadre dans lequel elle vit et son métier particulier créent je trouve une vraie empathie vis-à-vis d’elle. De ce fait, j’ai trouvé dès ce premier tome qu’elle s’imposait vraiment pour moi, lecteur. Surtout par rapport à Rei qui apparait bien effacé en comparaison (mais cela me semble volontaire).

C’est pour ces raisons en particulier que ce premier tome m’a beaucoup plu. Car au-delà de ça, le développement de l’univers et de l’intrigue sont pour le moment assez parcellaires, dans le sens où l’auteur ne montre pas encore totalement vers où il nous amène. Mais, loin d’être un défaut, c’est au contraire un élément qui vient piquer ma curiosité ! Ainsi, il a parfaitement réussi son entrée en matière, puisqu’il a désormais toute mon attention. Maintenant, je veux l’accompagner ainsi que ses personnages !

En résumé, ce premier tome de Gigant est une lecture originale, ce à quoi je m’attendais personnellement compte tenu du pitch de base, mais qui pourrait en décontenancer certains. Quoi qu’il en soit, le travail esthétique, d’ambiance et d’écriture est impeccable et a suffit à me transporter dans cet univers particulier. Me concernant, c’est certain que je vais continuer l’aventure aux côtés de Rei et Papico, afin de voir de quoi il en retourne !


Encore une fois, je rappelle que c’est une lecture commune avec Xander, dont vous pouvez voir l’avis à ce lien !

11 commentaires

  1. Je n’étais pas trop attirée par la couverture (et je n’avais même pas lu le résumé j’avoue, ça fait très superficiel x)) mais là ta chronique me donne envie de filer l’acheter tout de suite ! J’étais loin de m’imaginer que ce titre cachait un tel scénario o.o merci de la découverte du coup 😊

    Aimé par 1 personne

  2. Ravi qu’on soit d’accord sur ce très bon premier tome, qui promet de belles choses pour la suite !
    J’ai adoré la relation amicale entre Papico (que j’ai trouvé touchante) et Rei, qui la respecte beaucoup. J’ai également bien accroché à toutes les références à la pop-culture, ça collait bien à l’ambiance.

    Merci pour cette lecture commune, on remets ça quand tu veux 😉

    Aimé par 1 personne

  3. C’est un titre sur lequel j’hésite beaucoup. D’une part, j’ai apprécié Gantz, d’autre part, Last Hero ne m’a jamais attiré.

    Tu parles de beaucoup de références cinématographique, c’est pas un titre trop « geek cinéphile »? J’avoue que le ciné n’est pas dans mes passions et je me retrouve toujours largué quand il y a trop de références.

    Aimé par 1 personne

    • Pour les références, ce sera à voir par la suite comment c’est intégré. Rei souhaitant devenir réalisateur et Papico étant actrice porno, je suppose que le cinéma va avoir une certaine place dans l’intrigue. Pour le moment c’est compliqué à dire, mais je pense qu’on peut sans soucis apprécier ce premier tome sans saisir les références.

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.