Mon avis sur… L’Atelier des sorciers T.1 à 4 de Kamome Shirahama

Atelier

Si l’on s’intéresse aux mangas, je pense qu’il est difficile de passer à côté de la série L’Atelier des sorciers, dont la parution a commencé en 2018, et qui en est actuellement à quatre tomes, le cinquième étant prévu pour le mois d’octobre en France. En effet, l’éditeur Pika semble avoir mis les petits plats dans les grands pour ce manga, afin d’en faire un petit événement. Ainsi, une belle couverture médiatique a pu être observée (notamment un partenariat avec un youtuber très connu dans le domaine), et la série fait preuve d’un soin dans le traitement éditorial qui laisse rêveur. Chaque tome sorti jusqu’à présent a droit à une édition classique à 7€50, et une édition collector à 10€. De plus, durant les 48h de la BD en avril, Pika proposait le premier volume pour 2€, dans une édition exclusive avec une nouvelle illustration de jaquette. Tout ça pour dire que l’éditeur croit beaucoup en ce manga, et lui offre un traitement à la hauteur, allant même jusqu’à éditer le précédent manga de l’auteure Kamome Shirahama (Divines – Eniale & Deviela, série terminée en 3 tomes).

Me concernant, j’avais lu les deux premiers tomes il y a déjà quelques mois, et j’ai fini par rattraper mon retard, ce qui m’a donné envie de vous proposer un petit article à ce sujet. Voyons donc tout d’abord de quoi parle cette série.

Coco a toujours été fascinée par la magie. Hélas, seuls les sorciers peuvent pratiquer cet art et les élus sont choisis dès la naissance. Un jour, Kieffrey, un sorcier, arrive dans le village de la jeune fille. En l’espionnant, Coco comprend alors la véritable nature de la magie et se rappelle d’un livre de magie et d’un encrier qu’elle a acheté à un mystérieux inconnu quand elle était enfant. Elle s’exerce alors en cachette. Mais, dans son ignorance, Coco commet un acte tragique !
Dès lors, elle devient la disciple de Kieffrey et va découvrir un monde dont elle ne soupçonnait pas l’existence !

Avant de parler davantage de l’histoire à proprement parler, il convient de glisser un petit mot concernant l’esthétique du titre, car celle-ci est tout simplement somptueuse. Toutes les planches sont dessinées avec soin, riches en détails que ce soit au niveau des personnages et des décors. À aucun moment je n’ai l’impression qu’il y ait des petits ratés ou des illustrations faites à la va-vite. Et c’est d’autant plus important que la mangaka met très en avant son univers singulier et ses personnages, faisant de gros efforts de world building (j’y reviendrai quand j’aborderai l’écriture). De plus, l’idée d’un univers dans lequel la magie se pratique par le biais de dessins crée un parallèle intéressant avec son travail de mangaka, où ses illustrations donnent vie au monde qu’elle a imaginé. De ce point de vue, je vois donc très difficilement comme on pourrait être déçu. Et Pika a bien compris que l’esthétique du titre était une de ses forces, faisant un travail éditorial d’excellente qualité sur les éditions simples, et j’imagine que la systématisation des collectors a également pour but de mettre le mieux en valeur possible l’esthétique du manga.

Cela étant dit, nous pouvons passer à l’écriture sur laquelle il y a aussi un certain nombre de choses à dire. Je préfère être clair tout de suite, je pense que c’est un bon, voire un très bon manga, mais dont le potentiel n’est pas encore exploité. Cela peut se comprendre compte tenu du fait que l’on n’en soit qu’à 4 tomes, et qu’il y a un univers dense à développer. Ainsi, la mangaka passe beaucoup de temps à nous présenter les différents personnages, et comme Coco est extérieure à ce monde magique, nous partageons son point de vue et ses découvertes. C’est une technique d’écriture classique que j’ai déjà souligné plusieurs fois, mais ça fonctionne toujours aussi bien, donc pourquoi s’en priver ? C’est ainsi que l’on fait la connaissance de son maître, Kieffrey, ainsi que des autres apprenties que Coco va être amenée à côtoyer. L’auteure prend bien soin de développer la personnalité de chaque personnage, tout comme les différents éléments constitutifs de cet univers. Il y a un côté presque didactique dans la description des équipements des sorciers, ou même de certains lieux et de certains points historiques. Cela passe cependant très bien et permet de vraiment nous familiariser avec ce monde si singulier.

Mais, car il y a un mais. Puisque l’auteure prend le temps de bien poser ses personnages et son univers, ainsi que les règles qui le régissent, on perd en efficacité narrative pour le moment. Ainsi, bien que la lecture soit fluide et plaisante, il manque pour le moment cette petite chose en plus qui me permettrait de totalement adhérer au manga. Certes, les enjeux commencent à apparaître, notamment avec la Confrérie du Capuchon. Mais on reste pour le moment dans des enjeux immédiats, et l’intrigue sur le long terme ne s’est pas encore dessinée. Cette remarque est malgré tout à tempérer car on n’en est qu’à quatre tomes, c’est simplement que je suis le genre à aimer entrer de plein pied dans le vif du sujet.

Et je dois d’ailleurs signaler sur ce point que le quatrième tome m’a justement beaucoup plu du fait que les enjeux, notamment liés à la Confrérie du Capuchon, soient plus mis en avant. Plusieurs personnages importants passent un examen de sorcellerie, et ils sont évidemment interrompus par ces antagonistes qui semblent en avoir après Coco. Plusieurs événements ont lieu en parallèle et on sent un vrai sentiment de danger pour tous nos personnages. De ce point de vue, c’est clairement ce quatrième tome qui m’a le plus accroché, et sa fin donne vraiment hâte d’en connaitre la suite.

En résumé, L’Atelier des sorciers est un manga qui a des qualités esthétiques qui sautent aux yeux, et qui est également très bien écrit. Cependant, la volonté de la mangaka de développer son univers avec de nombreux détails, tout comme celle d’approfondir tout de suite ses personnages, fait que l’intrigue se déroule assez lentement. Cela n’est pas un frein au plaisir de lecture, mais me fait malgré tout dire que le potentiel (qui est bien présent) reste encore à exploiter. En l’état, cette série est une excellente lecture, pleine de promesses qu’il faudra concrétiser.

Publicités

19 commentaires

  1. C’est vraiment un manga que j’adore. Certes, c’est moins nerveux qu’un shonen classique, mais je n’ai aucun problème avec ça, parce que, comme tu le soulèves, on explore un univers riche et complexe. Qui plus est, c’est un seinen, et donc le public cible est plus patient que pour le shonen.
    L’apprentissage en douceur évite de me frustrer par des power-up venu de nul part, comme on en a droit dans shonen actuels.

    Bref, j’adore, et je m’impatiente de voir la suite. Cette confrérie du capuchon rode, et est tellement mystérieuse que j’ai hâte de savoir de quoi il retourne. Je sens une histoire bien plus travaillée et plus mure qu’une autre licence qui fait le « buzz » en ce moment.

    Aimé par 2 personnes

    • Tu as une série en tête quand tu parle de licence qui fait le buzz ?

      Sinon oui, j’ai essayé de bien souligner que le fait de prendre le temps n’est pas un défaut (comme tu l’as dit, c’est mieux que des power up incessants venus de nulle part, et pour avoir commencé Dragon Ball Super, je préfèrerai toujours qu’on prenne le temps plutôt que d’aller à 200 à l’heure et qu’il n’y ait plus d’enjeux).

      Me concernant, je reste sur le fait de considérer cette série comme une bonne lecture, très soignée, qui se lit super bien. Mais je pense vraiment que c’est par la suite que je pourrai vraiment prendre mon pied totalement avec !

      Et d’ailleurs, je trouve que les tomes gagnent à être enchaînés, plutôt que lus au fur et à mesure avec plusieurs mois d’intervalle.

      J'aime

      • mais je confirmais aussi cette bonne lecture.

        (oui, je pensais à Promise Neverland, que je continue à suivre, mais qui est clairement un cran en dessous de l’atelier des sorciers pour moi, surtout dans les choix scénaristiques)

        Aimé par 1 personne

      • Ah oui, je pense que comme toujours, c’est une question de goûts personnels. Parce que moi au contraire, je préfère The Promised Neverland (même si j’ai deux tomes de retard).
        L’avantage, c’est que les deux lectures restent de qualité, ce qui fait qu’il y en a pour tout le monde !

        J'aime

  2. Je suis assez d’accord sur l’aspect esthétique et sur l’univers mais je n’ai pas spécialement eu envie d’aller au delà du premier tome découvert lors des 48h bd parce que l’ensemble me paraît trop jeunesse et trop lent à mon goût. Mais je reconnais très volontiers les qualités du titre 🙂 belle présentation !

    Aimé par 1 personne

    • Pour la lenteur, je comprends tout à fait. Comme j’ai essayé de l’expliquer, on sent que l’auteure souhaite vraiment développer son univers et ses personnages dans un premier temps.
      Pour le côté jeunesse, je dirai que oui d’un côté, mais pour avoir commencé récemment Card Captor Sakura par exemple (autre manga de magicienne), je trouve que L’Atelier des sorciers fait beaucoup plus mature. Et ça s’intensifie déjà un peu au fil des tomes.
      Après, je reste étonné de voir que le manga est classé en seinen, car je pense qu’il est vraiment adapté à tous les âges.

      Mais je comprends sans soucis que tu n’aies pas eu envie de continuer.

      Aimé par 1 personne

    • J’ai l’impression que c’est un coup de cœur pour beaucoup de monde !
      Me concernant, même s’il est très réussi, il me manque encore ce truc en plus, du coup, si j’avais lu plus de mangas en 2018, je pense que ça n’aurait pas été mon coup de cœur.

      Aimé par 1 personne

  3. bonjour, comment vas tu? en effet, je trouve l’histoire intéressante et les dessins très beaux. je vais le proposer à l’achat au boulot. peut etre que ça séduira les lecteurs. passe un bon lundi et à bientôt!

    Aimé par 1 personne

  4. C’est marrant parce qu’on a vraiment mais vraiment le même avis sur ce manga je sais que ça a été un gros coup de coeur pour beaucoup de monde l’année dernière mais j’en fais pas parti
    En fait j’ai un peu le même ressenti que toi sur l’oeuvre c’est à dire que d’un point de vue esthétique il n’y a rien à reprocher c’est vraiment très beau mais je suis aussi moins impliqué parce que le manga manquait d’enjeux je parle au passé parce que tout comme toi le tome 4 m’a beaucoup plu avec enfin on voit les antagonistes agirent et ça implique tellement de choses
    Et pourtant je ne reproche pas à la mangaka ce manque à vrai dire parce qu’en fait on voit qu’elle a un belle univers qu’elle étoffe elle sait où elle va et j’aime beaucoup en fait découvrir l’histoire à travers Coco, un peu comme elle on y découvre la magie et tout ce qui s’y rapproche c’est vraiment bien construit et penser
    Bref du coup on est bien d’accord après cela dit avec la fin de ce tome 4 j’ai très hâte de lire le 5 en plus il m’a bien émue ce tome xD

    Aimé par 1 personne

Répondre à lemondedesayu Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.