Mon avis sur… Slam Dunk Star Edition T. 3 et 4 de Takehiko Inoue

Slam Dunk

Kana ayant fait le choix de sortir deux volumes de la Star Edition de Slam Dunk tous les quatre mois, plutôt qu’un tome tous les deux mois, dire que l’attente fut longue est un euphémisme. Cependant, je suis plutôt satisfait de ce choix actuellement car le fait d’avoir en même temps les tomes 3 et 4 est une bénédiction, du fait que le premier match de la série s’étende sur ces deux volumes. Et il aurait été vraiment frustrant de terminer la lecture sans connaitre l’issue de la rencontre. Car oui, j’ai dévoré les deux tomes à la suite comme il se doit !

Voici le premier match de la nouvelle génération de l’équipe de Shôhoku ! Elle affronte Ryônan qui faisait partie du top 4 des équipes du département, l’an dernier. Shôhoku pense rivaliser avec Ryônan grâce au capitaine Akagi et à Rukawa !! Mais quel est l’état d’esprit d’Hanamichi, qui s’est résigné à être « l’arme secrète » de l’équipe ?

Car si j’avais été conquis par les deux premiers tomes, brillamment écrits et illustrés, la question de la façon dont Inoue s’illustre lorsqu’il s’agit de mettre en scène les matchs de basket restait en suspens. En effet, jusqu’à présent, on avait « seulement » eu droit à des entrainements, mâtinés de séquences humoristiques de vie quotidienne à tendance furyoesques. Et la formule fonctionnait parfaitement et réussissait à imposer ses personnages. De ce fait, alors que le sport ne m’intéresse pas franchement, j’avais hâte de voir ce qu’il en était sur le terrain. Et de ce point de vue, on est servis avec ces deux tomes, sortis conjointement, puisque le match occupe la quasi totalité de ces volumes. Et ce n’est pas un mal, bien au contraire, car bien que l’on soit face à un match amical sans enjeu réel, la tension est palpable sur le terrain et les compétences et égos de chacun vont se révéler.

En cela, toute la caractérisation des joueur de Shôhoku qu’il y a eu dans les premiers tomes a une importance capitale, car c’est grâce à cela que l’on est pris d’empathie pour les personnages, en particulier Hanamichi et Akagi, et que l’on est donc investis émotionnellement dans ce qui se passe. Comme je l’avais dit concernant les premiers tomes, je n’ai pas d’expérience dans les mangas sportifs, de ce fait, je pense que les éléments que j’évoquerai sont des codes du genre assez classiques, mais me concernant, je n’ai aucune référence sur laquelle m’appuyer. Car finalement, si je m’imagine comment rendre intense un manga sportif, la plupart des choses qui pourraient me venir à l’idée sont présentes ici, mais exploitées avec une telle maitrise qu’on ne peut qu’être à fond dans le match.

Ainsi, on a droit à un match qui débute sous tension, avec une forte rivalité entre Akagi et Uozumi, le capitaine de l’équipe adverse. On nous présente aussi Sendô, le joueur vedette de Ryônan, comme un petit génie du basket. Ainsi, l’équipe adverse impose rapidement son rythme, creusant d’emblée un écart de 19 points afin de nous faire comprendre que Shôhuko est en danger. Vous pouvez vous douter que nos personnages principaux arriveront à réduire l’écart et les enjeux grandiront au fil que le niveau entre les deux équipes va se resserrer. Et comme on pouvait s’en douter, Hanamichi, qui est un débutant, va surtout chauffer les sièges des remplaçants. Ses interventions seront durant cette partie plutôt comiques, assez lourdes mais justement drôles dans cette lourdeur. Ainsi, Inoue prouve déjà qu’il arrive à mêler tension et touches d’humour avec talent.

Durant la lecture, je me suis fait la remarque que le mangaka utilisait certains codes du nekketsu pour dynamiser son match. Par exemple, lorsqu’un personnage se met a se donner davantage, j’avais l’impression d’avoir affaire à un héros de shonen qui donne tout ce qu’il a pour vaincre son adversaire. Mais également lorsqu’ils mettent en place des tactiques pour mettre à mal l’adversaire, sans parler de flash-back où on revoit un entrainement qui se révélera crucial une fois sur le terrain.

Et si vous vous le demandez, évidemment, Hanamichi finira par venir sur le terrain et la façon dont son intervention est gérée est vraiment excellente. J’avais peur que le personnage soit vraiment trop nul et se fasse ridiculiser, ou au contraire qu’il arrive à s’illustrer d’une façon qui ne passe pas trop compte tenue de son statut de débutant. Mais Inoue réussit avec beaucoup d’intelligence à jouer sur les deux tableaux, pour au final rendre son intervention importante, crédible, et très puissante émotionnellement, surtout en fin de match (mais je n’en dirai pas plus). Et c’est certainement un des éléments qui m’a le plus impressionné. Alors qu’au début de la lecture, je prenais plaisir au spectacle et était investi, j’ai carrément fini par être totalement galvanisé par le match au point de ressentir une émotion vraiment très forte en approchant de la fin. Et je dois dire que je m’attendais vraiment pas à vivre un moment aussi fort pour un match de basket, qui n’a en plus pas de réel enjeu pour la suite de la série. Si je dois réfléchir à cela, je pense que ça vient de la qualité d’écriture d’Inoue qui arrive à créer un fort attachement pour le personnage principal, et qui met parfaitement en avant les enjeux personnels liés à ce match. Et c’est je pense en ça que ces deux tomes sont une réussite totale, et me regonflent totalement pour la suite, comme c’est le cas pour nos personnages qui sont lancés sérieusement dans le bain !

Enfin, concernant l’esthétique globale du titre, c’est du haut niveau comme dans les premiers tomes, avec en plus le fait que l’on a droit ici à des moments de bravoure pour illustrer le talent des joueurs. J’ai trouvé le travail sur les postures, sur le dynamisme de la composition et sur les mouvements excellents. Je n’étais jamais perdu dans ce qui se passe. Par contre, je parle du point de vue de quelqu’un qui a quelques années de pratique du basket (et de visionnages de matchs) derrière lui. Peut-être que cela aide, mais en tout cas, à aucun moment je n’ai eu l’impression de quelque chose qui n’était pas crédible. Et malgré cela, tout reste vraiment impressionnant.

En résumé, la fin du tome 2 nous promettait le premier match de la série, et il est clairement à la hauteur. Celui-ci s’étendant sur les volumes 3 et 4, il n’y a même pas de question à se poser, il faut se les procurer tous les deux en même temps. Le match est brillamment dessiné et écrit (car l’écriture a une importance capitale même dans les affrontements ou le sport !), les personnages sont iconisés à souhait et on sent déjà un potentiel d’évolution fort pour Hanamichi, que je prendrai grand plaisir à suivre dans les tomes suivants. Un premier match puissant, qui est la promesse de sommets encore plus élevés par la suite !

Publicités

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.