Mon avis sur… Tokyo Revengers T.2 de Ken Wakui

Tokyo Revengers

J’avais dit dans mon article sur le premier tome de Tokyo Revengers qu’il était allé au-delà de mes espérances et que la série risquait fort d’être un de mes coups de cœur de l’année. Vous ne serez donc pas étonné(e)s si je vous dit que j’attendais avec impatience ce deuxième tome, puisqu’il a la lourde tâche de confirmer ou non ce premier contact magnifique. Voyons tout de suite ce qu’il en est !

Un saut temporel de 12 ans dans le passé donne au jeune Takemichi l’occasion de sauver son ex-petite amie, victime des règlements de comptes d’un gang appelé Tokyo Manji-kai.
Après s’être attiré la sympathie du chef du clan, Takemichi retourne enfin dans le présent. Mais c’est pour y découvrir que son meilleur ami est devenu un cadre important de l’organisation criminelle…

Lorsque j’avais parlé du premier tome, j’avais volontairement éludé un élément important car cela aurait pu être un mini spoil, à savoir le fait que Takemichi n’est pas bloqué dans le passé, mais fait au contraire régulièrement des allers-retours entre les deux époques. Je le précise ici car c’est un élément clé dans le développement de l’intrigue et de ses enjeux. En effet, chaque retour au présent permet à notre héros de transmettre les informations obtenues à Naoto, le frère d’Hinata, qui est policier et la seule personne au courant du pouvoir de Takemichi. Ainsi, les deux peuvent travailler ensemble sur les moments clés qui ont amené le Tokyo Manjikai à assassiner Hinata. Ces retours au présent sont également l’occasion de croiser d’anciens amis de Takemichi, ou des membres de gangs, et de constater leur évolution.

Cet élément de l’intrigue est loin d’être un gimmick et contribue grandement au développement émotionnel des personnages. L’auteur utilise l’idée classique des histoires de voyage dans le temps, à savoir l’effet papillon qui fait qu’une action à un moment donné peut avoir de grosses répercussions plus tard. De même, le fait de voir au présent ce que sont devenus certains personnages du passé (amis de Takemichi ou membres de gangs) est très intéressant car cela permet de nous questionner sur ce qu’il s’est passé pour qu’ils évoluent de la sorte, et cela permet aussi de mettre en avant le versant émotionnel de la série. Car sans trop en dire, les moments au présent seront l’occasion de constater que les victimes dans l’histoire sont plus nombreuses qu’on le pense…

Au-delà de la partie au présent, l’essentiel du récit se déroule dans le passé. L’occasion de développer encore davantage la relation toujours aussi réussie entre Takemichi et Hinata, mais surtout, de donner de la voix à Draken. Ce personnage est le bras droit de Mickey, le chef du Tokyo Manjikai, et semble avoir un rôle majeur dans les événements tragiques à venir. Ainsi, le premier enjeu est de sauver ce personnage d’une mort imminente afin d’empêcher certains événements. Ceci permet donc de développer Draken, notamment au cours d’un chapitre racontant sa rencontre avec Mickey, et on peut dire qu’on a affaire à un très beau personnage (et je ne parle pas que de son character design impeccable).

Comme je l’ai dit dans mon article sur le premier tome, je ne suis pas du tout un spécialiste de furyo, mais dans le peu que j’ai pu lire, j’ai constaté un élément récurrent : on trouve toujours dans ces gangs des personnages dotés d’une certaine noblesse, voire même d’un côté chevaleresque. Par exemple, dans Young GTO, si l’on passe outre leur violence, Ryuji et Onizuka sont clairement des personnages idéalisés, au courage sans faille, à la fidélité à toute épreuve et également capables de pardonner à ceux qui leur ont fait du mal. Et dans Tokyo Revengers, je trouve que dans ce second tome, Draken s’impose comme un personnage noble et chevaleresque également. Je n’en dis pas plus, mais vous verrez en le lisant que ce point est très important, surtout concernant son importance vis-à-vis de Mickey.

Enfin, ce tome est moins riche en combats que le premier, qui était très équilibré sur ce point. Mais ce n’est pas vraiment un manque car on développe davantage l’univers, les personnages et les enjeux, pour pouvoir passer aux choses sérieuses par la suite. D’ailleurs, la fin annonce l’arrivée d’un affrontement d’ampleur (et qui sera capital pour la suite de l’histoire), ce qui rend l’attente jusqu’au tome suivant encore plus dure. Quoi qu’il en soit, je serai au rendez-vous le 21 août pour la sortie du volume 3.

En résumé, vous l’aurez surement compris à la lecture de cet article, ce tome confirme tout le bien que j’avais pensé du premier. Le concept du voyage dans le temps enrichit avantageusement cette histoire de furyo de très grande qualité. Les illustrations et les character design sont de grande qualité et accompagnent comme il se doit une histoire parfaitement écrite, avec de très beaux personnages. Ainsi, comme je m’y attendais, cette série s’impose déjà pour moi comme un indispensable de 2019, et je la vois mal ne pas se retrouver sur mon podium en fin d’année !

Publicités

5 commentaires

Répondre à L'Apprenti Otaku Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.