Mon avis sur… Samurai 8 Ch.1 et 2 de Masashi Kishimoto et Akira Okubo

samurai8

Je me suis questionné sur l’intérêt d’écrire un article sur le seul premier chapitre de Samurai 8, mais je me suis finalement dit que l’événement était d’une ampleur suffisante pour mériter un petit billet. En effet, vous n’êtes pas sans savoir qu’il s’agit là du nouveau manga écrit par Masashi Kishimoto, illustre auteur de Naruto (série qui a dépassé récemment les 250 millions de tomes vendus), épaulé au dessin par Akira Okubo, qui a officié durant de nombreuses années comme assistant du maître. De plus, ce premier chapitre, tout comme les chapitres suivants du premier tomes (qui viendront au fil des semaines) est disponible gratuitement en simultrad sur un site dédié spécialement pour l’occasion, que l’on doit à l’éditeur Kana. Ainsi, je vous encourage à vous forger votre propre opinion, et à profiter également des chapitres suivants quand ils arriveront. Mais de quoi parle donc cette nouvelle série ?

La galaxie est en fin d’existence. Pour tenter de sauver les planètes éparpillées en son sein, un samouraï a reçu la mission de trouver la « boîte de Pandore », dans lequel le dieu guerrier Fudô Myôô a enfermé le secret qui sauvera le monde. Pour l’ouvrir, il faudra tout d’abord trouver les 7 clés. Hachimaru, un enfant faible et sous assistance médicale depuis sa naissance pourrait jouer un rôle dans cette quête.

Ce qui frappe d’emblée, outre le côté assez classique de ce pitch de départ, c’est l’originalité de l’univers. En effet, on se retrouve dans un monde de science-fiction dans lequel il est question de machines, de robots, mais également d’âme à l’intérieur de ces derniers et de samouraïs (vous vous en seriez douté au vu du titre…). Un univers donc très intrigant qui aura besoin de bien plus que ces 75 premières pages pour être pleinement appréhendé. Cependant, cette longueur permet de poser d’emblée des personnages attachants et de brosser les premiers enjeux et éléments qui vont caractériser cette série.

En terme de structure narrative, on est donc dans quelque chose d’assez classique pour un shonen nekketsu, avec la présentation sommaire du héros et de l’univers, l’arrivée d’un premier élément perturbateur qui va amener un changement chez le personnage, et un affrontement dont il sortira victorieux qui sera le point de départ de son aventure. Je dois vous confier que je réfléchis depuis quelques temps à écrire un article sur les chapitres introductifs de shonen nekketsu car c’est quelque chose qui me fascine et j’avoue adorer lire ces chapitres, même quand je ne lis pas la série qui s’en suit. J’ai souvent le sentiment (quand cette introduction est réussie) qu’on tient presque une histoire autonome qui se suffit à elle-même en terme de développement émotionnel. J’en avais d’ailleurs parlé concernant le premier chapitre d’Edens Zero que j’avais trouvé absolument magnifique (voir à ce lien). Et de ce point de vue, Kishimoto avait à l’époque fait assez fort avec le premier chapitre de Naruto qui arrivait en peu de pages à créer un attachement assez fort envers son personnage principal, notamment par le développement d’une relation avec la première figure paternelle du jeune héros : Iruka Umino.

Et on peut dire qu’ici, il réussit également à faire mouche en nous présentant le jeune Hachimaru, un enfant très faible dont le corps tient à peine debout, et qui ne peut vivre qu’en restant en permanence branché à de grosses machines dans sa maison. De ce fait, le jeune garçon ne peut sortir de chez lui et tue la solitude en jouant à un jeu vidéo où il incarne un samouraï tout puissant, se rêvant dans la peau d’un personnage jouissant d’une telle aura. LE héros classique de shonen, faible, mais qui se découvrira une force insoupçonnée suite à l’apparition d’un élément perturbateur. Cet élément perturbateur, ce sera Daruma, le samouraï légendaire chargé de trouver la fameuse boite de Pandore. À ce duo s’ajoute Hayataro, le chien robot qui miaule de Hachimaru.

 

Et surtout, l’élément qui a réellement retenu mon attention et fait monter les émotions dans ce premier chapitre, celui dont le développement actuel se suffirait presque à lui-même : la relation d’Hachimaru à son père. En effet, on comprend rapidement qu’ils vivent une relation compliquée, notamment due au fait que le jeune enfant ait une grande colère en lui (chose qui peut se comprendre). De ce fait, il repousse beaucoup son père, qui est convaincu que son fils le déteste. Or, c’est lorsque l’antagoniste de ce premier chapitre force Hachimaru à se faire seppuku que le jeune garçon exprime tout son amour pour son père, et que j’ai été totalement conquis par ces deux personnages et la relation qui les lie. C’est quelque chose de très fort que de réussir à faire ressentir toute la puissance de l’amour entre les deux en si peu de pages, et c’est surement l’élément qui est pour moi le plus réussi de ce chapitre. Cependant, je pense que le père ne sera pas un personnage central à l’intrigue (mais je peux toujours me tromper).

Dans tous les cas, le tandem d’auteurs ont réussi à déjà me toucher avec les personnages proposés, et ont suscité ma curiosité vis-à-vis de cet univers. De ce point de vue d’ailleurs, la direction artistique me faisait un peu peur lorsque les premières images avaient été dévoilées, mais je dois dire qu’elle fonctionne parfaitement. La représentation des samouraïs et des robots est vraiment différente de ce à quoi on pourrait s’attendre, ça m’a même un peu fait penser au travail de Moëbius (mais peut-être que j’hallucine). Et le character design global m’a beaucoup plu, évoquant un peu Naruto mais sans le calquer pour autant. Sur ce point, je trouve que Daruma est le personnage le plus réussi en terme de design pur.

Ainsi, toutes ces qualités font que je serai très attentif à la suite de l’histoire, d’autant plus que les chapitres suivants du premier tome seront disponibles également gratuitement en simulcast comme je l’ai dit en introduction. Mais je pense aussi acheter ce premier tome au format papier car je trouve la lecture assez peu aisée sur le site de kana, de ce fait, j’aimerai le relire en profitant pleinement du travail des auteurs. Car j’ai quand même trouvé qu’il y avait une certaine confusion visuelle parfois (dans les séquences d’action mais aussi dans celles où l’on voit le fonctionnement des corps robotiques) qui serait peut-être moins importante en le lisant au format papier… À voir.

Enfin, dernière précision, je pense mettre cet article à jour pour chaque chapitre supplémentaire lu car je ne me vois pas trop réécrire un article à chaque fois.

En résumé, ce premier chapitre de Samurai 8, sans transpirer l’originalité par tous les pores, introduit de façon très efficace son univers et ses personnages, et apporte ce petit surplus d’émotions que j’aime avoir dans un chapitre introductif. De ce fait, je suis déjà acquis à la cause d’Hachimaru et Daruma et j’ai bien envie de les accompagner dans leur voyage, ce qui est ce le signe d’un début réussi !

MAJ Ch.2 : Ce second chapitre n’est évidemment pas aussi fort que le premier, étant déjà beaucoup plus court mais également beaucoup moins fort émotionnellement. Cependant, il permet de découvrir avec Hachimaru le monde extérieur puisqu’il profite de sa nouvelle forme pour promener son chien. Ainsi, nous avons un aperçu de la richesse visuelle de ce monde et nous découvrons la première ville importante de cet univers. On y découvre une école de Bushi et surtout un nouveau personnage : Nanashi (serait-ce le féminin de Kakashi ?).

Il s’agit de quelqu’un de très particulier, élève de l’école de Bushi qui souhaite devenir samouraï mais vit cloîtré dans une pièce sans autre contact avec le monde extérieur que le jeu en ligne auquel joue également Hachimaru. Ce personnage ne sait pas quel est son genre, et se fait des conversations avec sa main droite et sa main gauche. Sa rencontre avec Hachimaru va l’amener à évoluer dès ce chapitre puisque notre héros lui révèle qu’il est le numéro 1 de leur jeu en ligne et le convainc de sortir suite à sa victoire en duel sur ledit jeu. Les deux apprennent donc à se connaitre et se trouvent des points communs liés à une opposition : aucun n’était sorti de chez lui, mais dans le cas d’Hachimaru, c’était à cause de son corps alors que concernant Nanashi, c’était dans sa tête qu’était le problème. Le chapitre s’achève alors qu’ils sortent tous les deux et qu’une menace arrive vers la ville.

Ce chapitre m’a plu car il nous présente un nouveau personnage très intéressant par les questionnements qu’il évoque. On comprend vite que c’est un individu mal dans sa peau, qui n’arrive pas à savoir qui il/elle est réellement et qui n’arrive pas à affronter le monde extérieur à cause de cela. Le fait qu’il/elle ne sorte pas et reste dans la même pièce pour jouer aux jeux vidéo me fait penser à l’image que l’on a de certains otakus qui se coupent du monde extérieur. Cependant, à ce stade, il est un peu compliqué de comprendre tout ce qu’il y a dans la tête du personnage ni ce que l’auteur veut faire passer comme idée avec. Mais je le trouve potentiellement très intéressant, et je suis donc très curieux de voir ses développements à venir.

En résumé, on est face à un bon deuxième chapitre même s’il est évidemment beaucoup moins dense et fort que le premier. Il a surtout le mérite de nous présenter un nouveau personnage au très fort potentiel !

11 commentaires

      • Oui effectivement c’est vraiment sympa de la part de Kana. Après il y a beaucoup de gens qui ont râlé par rapport à la qualité des pages de lectures en numérique… je trouve ça vraiment gonflé quand même. S’ils avaient connu la qualité d’image des années 90 comme moi j’ai connu ils raleraient moins xD

        Aimé par 1 personne

      • Me concernant, j’avoue que j’ai eu un peu du mal avec le format, mais effectivement, compte tenu du fait que c’est proposé gratuitement, ce serait un peu gonflé de se plaindre (puis si les chapitres suivants me plaisent autant, je pense l’acheter au format papier).

        J’aime

      • Je pense me le prendre aussi, et on pourra juger sur le tome 1 vu que tous les chapitres seront gratuitement en ligne. Choix osé de la part de KANA n’empêche parce que si les gens n’accroche pas au tome 1 ils ne l’achèteront pas. Je n’ai pas encore lu le chapitre 2, faute de temps.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.