Mon avis sur… Silver Spoon T.3 de Hiromu Arakawa

Silver spoon

 

Vous l’avez sans doute compris, je suis tombé amoureux de Silver Spoon avec ses deux excellents premiers tomes. Que ce soit l’intelligence de l’écriture, le style esthétique d’Hiromu Arakawa ou son humour qui fonctionne à tous les coup, j’aime tout dans ce manga. De plus, l’auteure développe très bien les thématiques liées au monde agricole ainsi qu’au traitement des animaux de ferme, qui est un des axes majeurs de l’histoire jusque là. Et vous allez le voir, ça n’est pas prêt de s’arrêter vu ce qui se passe dans ce troisième tome.

Les vacances d’été au sein de la ferme de son amie Aki ne sont pas de tout repos pour le pauvre Yûgo.
Un mystérieux vagabond va en effet débarquer sur l’exploitation et compliquer encore plus la vie du garçon.
Ces épreuves sont riches d’enseignements, Yûgo va notamment apprendre à ses dépens la vraie valeur du travail.

Le mystérieux vagabond évoqué dans le résumé est en fait Shingo, le grand frère de Yugo. Ce dernier vient lui rendre visite à la ferme des Mikage et permet de mettre en avant les relations difficiles que les deux frères entretiennent, mais également que chacun entretient avec leurs parents. Shingo est présenté comme quelqu’un d’assez nonchalant, très amusant, et dont le rêve est de devenir cuisinier, ce qui est compliqué compte tenu du fait que même ses nouilles sont infectes.

Au-delà de cette visite, on peut constater que Yugo s’est facilement habitué au travail à la ferme et que ses relations avec Aki se développent. Elle lui confie notamment qu’elle ne souhaite pas reprendre la ferme familiale car elle a un autre rêve d’avenir (je ne vous le dévoile pas, mais il n’est pas compliqué à deviner). Leur conversation est intéressante car elle permet, comme toujours dans ce manga, d’évoquer une thématique importante dans le monde agricole (mais pas que là), qui est la reproduction sociale. En effet, on met ici en avant le fait que beaucoup d’enfants d’agriculteurs reprennent la ferme familiale, que cela leur plaise ou non. Pour l’anecdote, je viens de la campagne vraiment profonde à l’origine, et je peux vous dire que c’est une réalité que j’ai beaucoup constaté.

Nous avons également droit à de nombreux moments comiques avec le père d’Aki, suite au rapprochement de sa fille avec Yugo. Inutile de préciser une fois de plus que j’apprécie tout particulièrement l’humour de l’auteure. Je pense que c’est quelque chose que je vais continuer à souligner régulièrement, car cela rend la lecture encore plus plaisante, puisque ponctuée de nombreux éclats de rires pour ma part (sur ce point, Silver Spoon fait surement partie des séries les plus drôle que je lis actuellement avec Dr Stone). Pour finir sur la première partie du tome chez les Mikage, on constate que Yugo a déjà beaucoup évolué, aussi bien dans la qualité de son travail que dans sa façon de se montrer responsable. De ce fait, le personnage que je trouvais un peu fade au début a de plus en plus de relief et me plait finalement beaucoup (même s’il garde un look des plus lambda).

Une fois les vacances d’été finies, on reprend la vie quotidienne au lycée, l’occasion de constater des changements de look chez certains élèves, mais surtout chez Côtelette qui a beaucoup grandi durant ce mois. De ce fait, Yugo ne peut s’empêcher de penser au cochon qui risque de bientôt être envoyé à l’abattoir. Y compris lorsqu’il va à la kermesse (passage très drôle), son esprit reste focalisé sur Côtelette. Il finit d’ailleurs par en parler avec Aki tout d’abord, mais également avec tous ses autres camarades ensuite. La question du végétarisme arrive sur le tapis, ce qui est très intéressant. Je me suis retrouvé dans cette idée personnellement, car c’est également le contact avec un animal qui m’a fait réfléchir à la question et qui m’a fait devenir végétarien (me concernant, c’était l’adoption de mon chien il y a 3 ans qui a été le déclic).

On constate ainsi que la présence de Yugo ouvre le débat sur le sort réservé aux animaux et permet de questionner des choses que l’on considère comme acquises, mais qui ne le sont pas forcément. C’est encore une fois quelque chose de très fort de la part d’Arakawa, qui arrive une fois de plus à traiter très intelligemment de la question, tout en la laissant ouverte, sans pour autant sortir du cadre de son récit. Car on sent que les questions que se pose Yugo pourraient avoir un impact plus global sur les élèves de la section production animale, comme le remarque madame Fuji. De ce fait, le sort du cochon est au cœur de la deuxième moitié du tome, et je vais éviter de vous dévoiler ce qui se passe afin de ne pas vous gâcher le plaisir, surtout que ce volume finit en laissant cette question en suspens, ce qui me donne encore plus envie d’en lire la suite.

En résumé, ce troisième tome de Silver Spoon s’avère aussi passionnant que les précédents. Je me dis que je risque de toujours répéter la même chose au fil des volumes, mais Hiromu Arakawa a vraiment un talent dingue pour développer une grande richesse thématique au fil de son récit. De ce fait, la question du sort de Côtelette qui est au cœur de ce troisième volume me parle énormément et me donne hâte de lire le tome suivant. Je me dois de garder un peu de réserve car je n’en suis qu’au début de la série, mais on a clairement affaire à un manga de très très haut niveau qui, s’il maintient une telle qualité sur la longueur, sera pour moi un incontournable.

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.