Mon avis sur… Silver Spoon T.2 de Hiromu Arakawa

Silver spoon

J’avais vraiment adoré le premier tome de Silver Spoon (voir mon avis ici) qui m’avait énormément surpris de par son humour (moins du point de vue de l’esthétique et de la qualité d’écriture, puisque je n’en attends pas moins d’une auteure aussi brillante qu’Hiromu Arakawa). De plus, l’intelligence avec laquelle elle traite de la question des animaux dès le premier tome m’a scié, si bien que c’est avec un grand plaisir que je continue cette série qui me plait de plus en plus !

Après avoir découvert un four à pizza enfoui sous un tas d’ordure, Yûgo va avoir la lourde tâche de régaler ses camarades ! En effet, ces derniers habitant hors de la zone de livraison des pizzerias, Yûgo est le seul à connaître le véritable goût de cette fameuse spécialité italienne. S’engage alors une course aux ingrédients pour créer la pizza parfaite !

On continue de découvrir la vie quotidienne dans le lycée, et Yugo s’intègre de mieux en mieux, notamment parce qu’il va prendre l’initiative de faire de la pizza en sollicitant l’aide de tout le monde pour réunir les ingrédients. Lorsqu’il va chercher du lard, un élève pose à Yugo la question de savoir s’il pourra manger Cotelette, le petit cochon pour lequel il s’est pris de sympathie, et il ne sait pas quoi répondre à ça. Encore une fois, Arakawa met bien en évidence la complexité de la question du rapport aux animaux en tant que denrées consommables alors qu’ils sont avant tout des êtres vivants. Elle a également toujours ce talent pour trouver la petite réplique anodine mais pourtant riche de sens concernant les animaux. Par exemple, quand Aki dit « il n’y a pas de bons ou de mauvais animaux » lorsqu’elle parle des animaux sauvages qui se mangent les uns les autres. C’est tout bête, mais cette remarque invite à la réflexion selon moi.

On assiste également à un derby entre le lycée agricole et le lycée technique. Ce passage est assez court mais est l’occasion de constater la rivalité entre les deux, dans une compétition très drôle. Encore une fois, Arakawa a vraiment un talent dingue pour le comique de situation, traitant de façon excessive les réactions des personnages pour un résultat plus percutant. En règle générale, ce tome reste de toute façon aussi drôle que le premier, de par les situations mises en scène et sa galerie de personnages haute en couleurs, sans oublier le décalage comique entre Yugo et ses camarades.

Un des événements majeurs de ce volume vient du fait que Yugo va travailler avec Aki chez les parents de cette dernière durant toutes les vacances d’été, l’occasion pour les deux de se rapprocher, et pour le protagoniste de voir davantage à quoi ressemble la vie à la campagne. Une des thématique sabordées dans ce tome étant la différence entre le mode de vie en ville et à la campagne. Que ce soit quand Yugo se rend compte que ses camarades n’ont jamais mangé de pizza car personne ne livre chez eux, ou encore qu’il n’arrive pas à envoyer de SMS faute de réseau, qu’il se perd en cherchant la ferme « voisine » qui est en fait à 8 kilomètres… Tous ces petits détails parfois très amusants contribuent à bien mettre en avant cette différence de cadre de vie.

C’est d’ailleurs en allant chez Ichiro, dans la ferme voisine de celle de la famille d’Aki, que Yugo constate que tout le monde met la main à la pâte, y compris ses petites sœurs pourtant très jeunes. Ce passage m’a beaucoup plu car le regard de Yugo, en tant que personne extérieure à ce monde est très intéressant. On sent un mélange d’admiration et de tristesse vis-à-vis de ces gens qui travaillent beaucoup plus que la moyenne pour ne pas gagner plus pour autant. De plus, c’est l’occasion d’étoffer Ichiro qui est un très beau personnage à mes yeux. De la même façon, Yugo profite d’un peu de repos durant son travail estival pour aller visiter la coopérative de la famille de Tamako. On constate de ce fait une grande différence dans la façon de travailler ainsi que dans la vision du bétail par rapport à Ichiro et sa famille. Alors que celui-ci cherche à préserver les vaches fatiguées qui ne produisent plus assez de lait, elles sont envoyées directement à l’abattoir dans la grande coopérative qui évoque les énormes structures industrielles telles que les fermes des mille vaches. Ainsi, Yugo constate une grande différence dans la façon de voir les animaux en fonction des éleveurs, mais constate que dans tous les cas, il s’agit d’un métier difficile notamment du fait de la question de l’attachement aux animaux.

Pour toutes ces raisons, ce tome est encore une véritable réussite, et cette série tend à s’affirmer comme une vraie pépite (je garde la réserve de mise puisque je n’en suis qu’à deux tomes, mais ils sont tellement réussis que je suis d’emblée convaincu) de par la maîtrise dont Arakawa fait preuve dans le développement de ses thématiques, de la richesse qu’elle apporte à son récit et à la façon dont elle exploite totalement le potentiel de chaque situation. Ce volume est encore l’occasion de constater une évolution chez Yugo ainsi que les questionnements qu’il partage avec nous, lecteurs, du fait qu’il soit extérieur à ce monde. Encore une fois, c’est un travail d’écriture qui force le respect.

En résume, ce deuxième tome de Silver Spoon confirme tout le bien que je pensais du premier. Toutes les qualités que l’on est en droit d’attendre d’un récit écrit et dessiné par Hiromu Arakawa sont là, avec en plus un humour omniprésent qui fait mouche à tous les coups. La richesse thématique de son oeuvre, son univers agricole parfaitement exploité et ses personnages à la caractérisation très juste font que je prends un plaisir fou à lire chaque tome. Je vais d’ailleurs me lancer au plus vite dans le troisième volume, qui je n’en doute pas, continuera à me charmer !

3 commentaires

  1. Le fait d’avoir choisi un citadin qui débarque à la compagne n’est pas anodin, ça permet aux lecteurs notamment ceux ne connaissant pas le milieu agricole de beaucoup s’identifier à son héros, je trouve presque ludique la façon sont s’est traité.
    Et puis comme d’hab Silver poon ça reste une série vraiment drôle je trouve je dis ça de façon peu objective parce que j’ai toujours adoré l’humour d’Arakawa lol. Mais c’est aussi un manga qui donne faim on voit les perso souvent manger là avec l’histoire de la pizza par exemple lol
    Bref contente que ce deuxième tome t’est autant plu que le premier, la suite continuera surement à te plaire d’autant plus que la mangaka développera au fur et mesure ses personnages =D

    Aimé par 1 personne

    • Concernant le fait que Yugo ne vienne pas de ce milieu, j’avais justement écrit la même chose que toi dans mon article sur le premier tome. J’avais dit que c’était une astuce d’écriture classique pour qu’on partage le point de vue de quelqu’un qui ne vient pas de là. Ca se fait souvent, y compris dans les oeuvres les plus importantes genre Harry Potter, Star Wars, Le Seigneur des Anneaux. Je pense qu’on le fait souvent parce que ça fonctionne très bien, donc pourquoi s’en priver.

      Et effectivement, même si je ne mange pas de viande, ça me donne tout le temps faim (il suffit d’enlever le lard de la pizza et je me jette dessus). Je trouve justement toute la question sur la viande, le traitement des animaux et autres passionnant dans ce manga. Et tant mieux, parce que c’est un des éléments qui m’intéressait, avec le fait que c’était une série d’Arakawa.

      Je vais me lancer dans le troisième tome dès ce soir je pense.

      Aimé par 1 personne

      • Oui après c’est vrai que c’est pas elle qui a inventé ça mais ça reste totalement efficace =D

        Ben c’est pas que moi alors en plus tu manges pas de viande mais bon à chaque fois qu’on parle cuisine dans un manga ça à tendance à me donner faim ( c’est mon côté gourmande qui ressort lol )

        Ah chouette alors bonne lecture à toi =D

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.