Mon avis sur… Créatures Fantastiques T.2 de Kaziya

Créatures Fantastiques 2

Souvenez-vous, j’avais écrit à l’occasion de la sortie du premier tome de Créatures Fantastiques tout le bien que j’en avais pensé, l’érigeant même en coup de cœur. Vous imaginez bien de ce fait que je ne pouvais pas passer à côté de ce deuxième tome avec sa magnifique jaquette qui m’appelait ! L’achat et la lecture ont dont été immédiats, et le miracle s’est reproduit. Je suis toujours autant conquis par cette jeune série.

La science a remplacé la magie dans le cœur des hommes. Elle est sur le point de faire basculer le monde dans une nouvelle ère, entraînant les créatures fantastiques dans l’oubli.

Ziska, l’apprentie vétérinaire, est au chevet d’un Kelpie, un cheval aquatique, bien mal en point. Devant l’urgence de la situation, elle demande l’aide de son maître Nico, mais ce dernier arrivera-t-il à temps ?

Hé oui, souvenez-vous, le premier tome finissais sur un petit cliffhanger puisque Ziska ne pouvait s’occuper seule du Kelpie et devait donc le laisser pour aller chercher l’aide de Nico, son maître vétérinaire. De ce fait, ce deuxième volume reprend dans l’urgence, et je vous laisse découvrir comment les deux vont venir en aide à l’animal. Cependant, je vais quand même évoquer les raisons de ses blessures : en effet, il est dit qu’il s’est blessé en attaquant un bateau et nos vétérinaires vont donc se questionner sur la raison de ceci. Personnellement, je m’étais tout de suite dit que l’animal venait d’avoir un bébé et se mettait à attaquer les bateaux pour le protéger, mais pas du tout. En réalité, de nouveaux types de bateaux se mettaient à naviguer, avec une nouvelle technologie émettant des sons imperceptibles par l’homme, mais très dérangeants pour le Kelpie. De ce fait, l’animal rendu agressif attaquait les bateaux. Je vous laisse la surprise de la solution trouvée, mais cet élément m’a tout de suite parlé.

Car une des grandes forces de cette série est clairement pour moi la façon dont, dans cet univers imaginaire, l’auteur arrive à mettre en avant des questionnements en lien avec notre réalité. Ici, il s’agit de l’avancée des sciences et techniques qui se fait sans tenir compte des populations animales et qui peuvent considérablement leur nuire. Cette idée m’a beaucoup touché, et le simple fait de transposer dans le cadre de ce manga des situations qui évoquent notre réalité est un premier pas vers une réflexion plus poussée à laquelle on invite le lecteur. Et tout ceci sans pour autant aller vers quelque chose de trop didactique et sans perdre de vue le développement de l’intrigue et des personnages.

Et cette façon de faire perdure au fil des chapitres. Car comme le premier tome, celui-ci est toujours structuré autour d’histoires courtes indépendantes (2 ou 3 chapitres à chaque fois) s’attardant à chaque fois sur un cas spécifique. Mais chaque cas est l’occasion d’aborder une thématique différente qui permet encore une fois d’en dire davantage sur le traitement des animaux, sur la nature et l’évolution des sciences. On aura ici l’occasion notamment d’évoquer le braconnage d’animaux dans le but de s’accaparer des parties d’eux et d’en faire le commerce. On pense évidemment aux défenses des éléphants, récupérées de façon barbare pour leur ivoire. Mais ici, la thématique est traitée avec la créature que l’on voit sur la couverture et qui devrait évoquer des souvenirs aux fans de Final Fantasy (car oui, il s’agit bien d’un Carbuncle !).

Ainsi, la grande force de ce manga (selon moi) que l’on avait déjà perçu dans le premier tome est toujours présente dans celui-ci et me semble même affinée. Et le tout est toujours soutenu par des illustrations magnifiques, qui transmettent toujours autant de douceur avec les traits arrondis des personnages, mais n’oubliant jamais de faire fourmiller les décors et les créatures de détails. Car encore une fois, chaque illustration mettant en scène une créature est faite avec un soin maniaque qui rend le tout très beau et transmet une ambiance apaisante.

En résumé, après un premier tome qui m’avait totalement comblé, je suis toujours autant sous le charme de cette jeune série. On se retrouve ici dans un cas idéal de forme au service du fond, et d’une structure narrative qui permet à chaque intrigue de développer une idée forte, tout en n’oubliant jamais de faire évoluer ses personnages et son univers. Sur ce point, la fin du tome promet d’ailleurs des évolutions à venir dans tout ceci, et j’ai hâte de découvrir ce que Kaziya nous réserve. Quoi qu’il en soit, il s’agit définitivement d’une lecture indispensable pour qui aime les animaux et s’interroge sur notre rapport à eux. Et je pense notamment que proposer ce manga à des enfants est une excellente porte d’entrée pour les amener à se questionner sur ce sujet. On peut donc parler de sans faute à tous les niveaux !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.