Mon avis sur… Fruits Basket Perfect Edition T.2 de Natsuki Takaya

Fruits Basket

Je continue ma découverte de ce classique qu’est Fruits Basket, toujours dans sa Perfect Edition, en volume double donc. Ici, il sera question du tome 2, qui correspond vous l’aurez compris aux tomes 3 et 4 de l’édition classique. Et pour bien commencer, un petit résumé de la situation :

Tohru vit à présent officiellement avec Shigure, Yuki et Kyô Soma. Aujourd’hui se déroule le grand marathon, organisé comme chaque année par le lycée de Tohru. Durant la course surgit un autre membre de la famille Soma : il s’agit de Hatsuharu, venu provoquer Kyô en combat singulier. Mais l’affrontement tourne vite au règlement de comptes et Tohru ne sait que faire pour les séparer. Kagura Soma est, elle aussi, venue rencontrer Kyô. À la veille de la Saint Valentin, quelle proposition Kagura vient-elle faire à celui qu’elle estime être son futur mari ?

On le constate dès le résumé, nous allons apprendre dans ce tome à connaitre encore davantage le clan Soma, à la fois en rencontrant d’autres de ses membres qui vont devenir des personnages récurrents, et aussi en approfondissant certains (je pense en particulier à Momiji, qu’on avait déjà rencontré dans le tome précédent mais dont je n’avais pas encore parlé, j’y reviendrai). Tout d’abord, la rencontre avec Hatsuharu (appelé Haru par tout le monde) permet de découvrir un personnage haut en couleurs, qui n’a pas sa langue dans sa poche et qui va apporter beaucoup d’humour lors de ses apparitions. Car un des éléments qui caractérise ce volume est que l’humour devient je trouve plus présent par rapport au premier (sans pour autant oublier de développer les sentiments des personnages).

Haru a en effet une tendance à être très proche de Tohru qui déplaît fortement à Yuki et Kyô. De plus, il rejoint également leur lycée avec Momiji (qui est également un personnage a fort potentiel comique), ce qui n’est pas sans déclencher quelques incidents. En effet, Momiji est un lycéen qui a l’air très jeune et également très féminin, et il arrive dans l’établissement avec un uniforme de fille. De son côté, Haru a des cheveux noir et gris, ce qui laisse à penser qu’ils sont teint alors qu’il s’agit de sa couleur naturelle. Ces deux éléments seront l’occasion d’une scène comique avec le président des élèves qui ne tolère pas ce type de tenue. Je n’en dévoilerai pas plus, mais il faut simplement savoir que nous aurons droit à un peu d’humour en dessous de la ceinture, et quelques grossièretés auxquelles je ne m’attendais pas, mais qui m’ont vraiment fait rire.

 

Et puisque j’ai évoqué Momiji, je vais revenir un peu plus sur ce personnage. Comme je l’ai dit, il est très petit et a l’air d’un enfant de moins de 10 ans. Cet élément sera aussi l’occasion de mettre en avant quelques situations comiques vis-à-vis de Tohru. Mais surtout, il se dégage de ce personnage une bonne humeur constante, et un côté un peu extravagant (ses tenues féminines, mais aussi le fait qu’il soit à moitié allemand et qu’il parle de ce fait parfois avec des expressions que personne ne comprend), qui font qu’on n’imagine pas de prime abord la tristesse de son histoire. Je ne vous la dévoilerai pas, mais comme Hatori dont j’ai parlé dans mon billet sur le premier tome, sa vie est marquée par un événement très dur et lorsque Tohru l’apprend, elle ne peut retenir ses larmes (ce qui sera l’occasion d’une scène magnifique où elle prend dans ses bras Momiji, alors transformé en lapin).

C’est pour moi un des gros atouts de ce début de série, l’auteure arrive avec talent à concilier les moments légers et ceux plus graves, permettant à la fois de développer les personnages et l’attachement émotionnel que l’on a pour eux, sans en laisser de côté. Chacun trouve au fur et à mesure des occasions de nous en apprendre plus sur lui/elle. La structure narrative ne développe pas réellement de trame précise (pour le moment), mais se concentre plus sur des événements de la vie quotidienne de Tohru avec les Soma. Ce qui est dans ce cas précis très efficace pour donner de la voix à chacun, rythmer la lecture mais également montrer des moments de vie très divers. Entre la Saint Valentin, le séjour en source thermale ou encore la visite de la tombe de la mère de Tohru, on voit de nombreux lieux différents et des situations qui se renouvellent sans cesse.

Les situations se renouvellent d’autant plus que, comme je l’ai déjà dit, les nouveaux personnages arrivent à un rythme régulier, apportant leur lot d’humour, de questionnements ou de révélations selon les cas. On fera ainsi la rencontre d’Ayamé, le grand frère de Yuki qui se transforme en serpent. Son comportement très particulier est un élément comique, mais cela n’empêche pas d’apporter une nouvelle tonalité émotionnelle vis-à-vis de sa relation avec son petit frère. De même, Tohru fera la rencontre d’Akito Soma, le chef du clan. Cette rencontre sera l’occasion d’amener un certain nombre d’interrogations tant le personnage reste mystérieux pour le moment.

 

De ce fait vous l’aurez compris, ce tome est très riche, à la fois en événements et en personnages, ce qui permet de ne pas s’ennuyer un seul instant à la lecture. De plus, les relations entre Tohru, Yuki et Kyô qui sont au cœur du récit continuent d’évoluer de façon très agréable à suivre, chacun des trois ayant une caractérisation des plus réussies. L’auteure arrive parfaitement à nous faire comprendre les questionnements qui les traversent et les émotions qu’ils ressentent. J’ai depuis le premier tome un faible pour Kyô qui me touche tout particulièrement, je ressens chez lui une grande colère mais surtout une grande souffrance. Et je pense qu’une des forces du récit est que tous les personnages pour le moment ont vraiment quelque chose d’intéressant qui fait qu’aucun ne semble de trop. Et chacun ayant une caractérisation qui lui est propre, chaque lecteur ou lectrice peut y trouver des choses qui lui parleront, ce qui finalement, est la marque d’une histoire réussie.

En résumé, je suis toujours charmé par cette série et ces personnages. Natsuki Takaya a vraiment beaucoup de talent pour développer les rapports qui se nouent entre eux et pour leur donner à chacun de la voix. De ce fait, on est emporté par une lecture très riche, très rythmé, mais aussi très drôle et émouvante. Je trouve qu’elle arrive à développer beaucoup de choses en peu de pages, ce qui me donne encore plus hâte de découvrir la suite tant le récit semble gagner en richesse au fil des tomes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.